Macrophotographie.eu : le blog de la technique macro et de la photo nature

mardi 24 juillet 2007

Le frelon

Le frelon (vespa crabo) est un hyménoptère de la famille des vespidés, dont la morphologie s'apparente à celle d'une guêpe dopée aux hormones (sa taille peut en effet atteindre 4 cm). Tout comme sa congénaire, son abdomen est rayé jaune et noir et sa tête teintée rouge/orangé. Il est observable d'avril à octobre, notamment en forêt.
Souvent plus craint dans nos contrées que le Dahu ou la bête du Gévaudan, sa réputation de tueur "en seulement trois ou six piqures" est pourtant usurpée. Même s'il est vrai qu'une seule piqure peut s'avérer dangereuse pour les individus allergiques, il en faut plus d'une centaine pour inquiéter une personne en bonne santé. Le frelon n'est pas de nature agressive, sauf à proximité de son nid, et de plus, sa piqure, certe douloureuse, est moins toxique que celle d'une abeille ou d'une guêpe.
Il s'avère même extrêmement utile pour l'écosystème, puisqu'il régule les populations de nombreux insectes comme les mouches et les moustiques.
Donc en définitive, le frelon, c'est bon, mangez-en ! (Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas, www.mangerbouger.fr )

Vespa Crabo

lundi 23 juillet 2007

L'algorithme des fourmis

Et oui, la simple observation des colonies de fourmis a permis d'établir plusieurs algorithmes mathématiques d'optimisation, souvent utilisés dans le domaine de l'informatique !
Tout ceci est né en esayant de répondre à la question : comment les fourmis font-elles pour toujours emprunter le plus court chemin entre leur fourmilière et une source de nourriture ?
La réponse est la suivante : quand elles se déplacent, les fourmis déposent des marqueurs chimiques (phéromones). Les autres fourmis suivent ces chemins de "phéromones". La colonie se voit divisée quand elle rencontre un obstacle : certaines fourmis le contournent par la droite (en bleu), d'autres par la gauche (en noir). En supposant que le chemin de droite soit plus court, dans un même laps de temps, plus de fourmis l'auront emprunté et ils sera donc plus chargé en phéromones que le chemin de gauche. Partons maintenant de la source de nourriture. Notre brave fourmi (en rouge) revient vers la fourmilière, et se retrouve face à l'obstacle. Comme le chemin de droite est plus chargé en phéromones, elle l'empruntera. Le chemin de droite va donc être de plus en plus emprunté, au détriment du chemin de gauche, qui finira par complètement disparaitre.

algorithme des fourmis

dimanche 22 juillet 2007

La clytre des saules

La clytre des saules (clytra laeviuscula) est un coléoptère de la famille des chrysomèles. Souvent confondues avec sa voisine la coccinelle, son corps est plus allongé que celui de sa congénaire, et de grosses tâches noires figurent sur ses elytres. Particularité amusante, elle a pour habitude d'enrober ses larves de matière fécale et de les laisser tomber à terre. Les fourmis, qui assimilent alors les larves à de petits cônes de pins (qui leur servent de matériaux de construction), les portent jusqu'à leur nid, où elles pourront alors se nourrir d'oeufs et de larves.
Présente sur une grande partie du territoire, elle est observable de mai à août.

clytra laeviuscula

Le demi-deuil

Le demi-deuil (melanargia galathea) est un lépidoptère de la famille des nymphalidae. Facilement reconnaissable à ses ailes blanches à larges tâches noires, il est observable sur la quasi totalité du territoire français, notamment dans les pelouses sèches ou un peu humides et à l'orée des bois.
Il est observable de juin à août. Il lâche ensuite ses oeufs un à un : dès l'éclosion, la jeune chenille diminue l'intensité de ses activités métaboliques (c'est la diapause) et se nourrit de l'automne à l'hiver de diverses graminées. La croissance ne débute qu'au printemps.

demi-deuil

vendredi 6 juillet 2007

Le diffuseur et le réflecteur

Nous l'avons vu, en macrophotographie, les ouvertures utilisées pour le diaphragme doivent être compensées par l'utilisation d'une source de lumière extérieure.

Si vous avez toujours un sherpa sous la main, celui-ci pourra faire office de réflecteur vivant en orientant une surface réfléchissante vers le sujet. Il faudra ensuite jouer avec le Soleil ou avec l'orientation du flash pour obtenir la lumière désirée.

Sinon, vous allez devoir ruser : dans le cadre d'une utilisation seule, le flash émet une lumière très dure, les ombres sont donc très marquées, et pour peu qu'on photographie des sujets brillants (coléoptères par exemple) des reflets disgracieux risquent d'apparaitre sur la carapace. Deux objets vont alors devenir vos meilleurs amis : le réflecteur et le diffuseur.

réflecteur diffuseur

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 >

Les dernières photos

photo nature photo nature photo nature photo nature photo nature