points chauds


La photographie n'obéissant pas à des règles aussi rigoureuses que les mathématiques, cette règle des tiers est à prendre comme un conseil, et non comme une obligation : le photographe peut la contourner par soucis de créativité.

Comme une photo vaut mieux que mille mots, voyons ce qu'il en est avec l'exemple qui suit :


photo originale


Appliquons la règle des tiers sur cet exemple :


photo points


La photo n'obéit clairement pas à la règle, sa lecture est difficile, et l'oeil n'arrive pas à accrocher un détail particulier, et donc ne s'attarde pas dessus : la composition est à revoir.

Les résolutions des photos délivrées par les appareils numériques actuels permettent de supprimer une partie de la photo pour améliorer son cadrage (c'est ce qu'on nomme un "crop"). Nous allons donc nous arranger pour faire coïncider une partie de la photo qui nous semble importante (9 fois sur 10 en macrophotographie, il s'agira des yeux) avec un point chaud :


mal cadrée


L'oeil est sur un point chaud, la composition est donc réussie... et bien non. Car une deuxième règle vient s'ajouter à la règle des tiers. Cette règle indique qu'il faut libérer l'espace situé devant le regard du sujet. En l'occurrence, sur cette photo, le regard vient buter dans le coin inférieur gauche de la photo. On repart donc de l'étape précédente en essayant de respecter ces deux règles :


bien cadrée


L'oeil de l'insecte est sur un point chaud, et l'espace situé devant son regard est suffisant, la composition est réussie ! Simple non ?
La photo finale :


photo finale


Dans le cas présent nous avons joué sur la grande résolution de la photo pour en supprimer une partie. L'idéal est bien évidemment de réussir la composition au moment de la prise de vue.